< retour

 

Questions relatives à l'utilisation des produits Compex

1. Où placer les électrodes ?

Le placement des électrodes est indiqué dans les manuels  pour les différents groupes musculaires.

2. Comment connecter les câbles aux électrodes ?

La connexion positive (rouge) doit être placée sur l’électrode qui se trouve sur le point moteur du muscle. La connexion négative (transparente/noir) est placée sur l’électrode qui se trouve sur le trajet du muscle.

3. Comment trouver le point moteur exact ?

Les images de placement des électrodes indiquent précisément le positionnement des électrodes. Pour localiser plus précisément encore votre point moteur personnel, vous pouvez soit déplacer légèrement l'électrode positive (rouge) et observer où la réponse musculaire est la meilleure soit utiliser l’accessoire stylet point moteur qui permet de déterminer avec une grande précision la localisation exacte des points moteurs pour chaque individu et ainsi de garantir une efficacité optimale des programmes.

4. Est-ce important de localiser précisément le point moteur ?

Le placement précis des électrodes n’est pas indispensable pour les programmes complémentaires qui n’induisent pas de puissante contraction musculaire (type Récupération active ou Capillarisation). Pour les programmes d’entraînement (type Force, Résistance ou Endurance), il est plus important mais les indications de placement des électrodes sont  adaptées et normalement suffisantes. Les différences individuelles par rapport à la référence des images disparaissent dès qu'on augmente l'intensité de stimulation.

5. Le mauvais positionnement des électrodes présente-t-il des risques ?

Non. Il n’y a aucun risque à mal positionner les électrodes. La stimulation perd seulement de son efficacité.

6. Comment expliquer les douleurs qui peuvent parfois être ressenties sous    les électrodes ?

Il arrive que certains endroits de la peau soient plus richement fournis en terminaisons nerveuses sensibles. Un mauvais contact entre la peau et les électrodes diminue aussi le confort. Il faut donc utiliser de bonnes électrodes, bien les appliquer sur la peau et éventuellement les déplacer sur une région cutanée moins sensible.

7. Y a-t-il des contre-indications absolues ?

Oui. Il ne faut pas utiliser l'appareil en cas d'épilepsie ou chez les personnes qui portent un pacemaker. De plus, il ne faut jamais appliquer de stimulation au niveau du ventre chez les femmes enceintes et chez les personnes qui présentent une hernie ou une éventration. D’autre part, il ne faut jamais appliquer les électrodes au niveau de la tête.    

8. Existe-t-il des risques à long terme avec la stimulation ?

Non. L’électrostimulation musculaire et l'électrothérapie en général existe depuis des dizaines d’années et jamais aucun problème n'a été signalé.

9. Quelle intensité faut-il atteindre pour les programmes d’entraînement    (type force, résistance ou endurance) ?

La plus élevée possible (mais elle doit rester supportable) de façon à recruter le plus grand nombre de fibres musculaires possible. Le mécanisme de contrôle le plus probant reste la sensation subjective : les contractions doivent être puissantes sans jamais devenir insupportables.

10. La tolérance aux intensités électriques est-elle la même pour tous ?

Non. Chaque personne présente une sensibilité individuelle qui dépend notamment de sa constitution (graisse, tissu conjonctif, etc.).

11. Quelle intensité faut-il atteindre pour les programmes     complémentaires (type récupération ou capillarisation) ?

Les programmes Récupération active et Capillarisation ne nécessitent pas l’utilisation d’intensités maximales. Toutefois, il est indispensable que les intensités soient suffisamment élevées pour produire de bonnes secousses musculaires visibles.

12. Quelle intensité faut-il atteindre durant les phases de repos ?

Pendant les phases de repos, l’intensité des secousses de récupération est automatiquement réglée à 50% de celle qui a été fixée pour les contractions. Le but de ces secousses entre les contractions est d'augmenter le débit sanguin pour améliorer la récupération.

13. Pourquoi ressent-on également des secousses durant les phases de     repos ?

Le muscle est également stimulé durant les phases de repos ce qui provoque des secousses du muscle. Ces secousses permettent d’améliorer la récupération entre deux contractions. Elles doivent être bien visibles.

14. L’utilisation d’intensités trop élevées peut-elle entraîner des     blessures ?

Non. Il n’est pas possible de provoquer des blessures car l’intensité est installée de manière progressive durant la période de contraction, ceci afin, justement, d’éviter tout risque de déchirure musculaire.